DIY : Fabriquer soi-même son savon

DIY : Fabriquer soi-même son savon

24 novembre 2020 0 Par Cathy

En termes de cosmétiques, la tendance est aux produits naturels faits maison. Cela concerne aussi bien les soins des cheveux que du visage et de la peau. Aujourd’hui, on entend souvent parler de savons naturels. Ce sont plus précisément des savons solides issus de la saponification à froid. À la fois naturels et économiques, ils peuvent être fabriqués à la maison. Afin d’apporter plus de visibilité sur le sujet, ce billet propose de découvrir les raisons de fabriquer soi-même son savon et les étapes à suivre pour y parvenir.

Pourquoi fabriquer soi-même son savon ?

Souvent lorsqu’on parle de savon, plus précisément de savon solide, cela évoque les sensations de tiraillements et de démangeaisons qui sont souvent causés par ces types de savons. En fait, ce ne sont pas tous les savons solides qui font ces effets. Dans la majorité des cas, ce sont les savons issus de productions industrielles et réalisés par saponification à chaud qui produisent ces réactions allergiques de la peau. Les huiles utilisées pour leur fabrication sont exposées à une forte chaleur, ce qui enlève toutes leurs qualités.

À l’inverse, les savons naturels, comme ceux issus d’un atelier de savonnerie et fabriqués par saponification à froid, conservent toutes les propriétés des huiles et sont naturellement riches en glycérine, les rendant plus doux pour la peau. Fabriquer soi-même son savon naturel permet, d’une part de connaître les composants utilisés, mais également d’éviter les risques d’allergies causés par un savon industriel.

Les étapes à suivre pour la fabrication du savon fait maison

Préparer les composants du savon

Les premiers composants d’un savon naturel sont le ou les corps gras, comme les huiles végétales, les graisses animales, les beurres végétaux… Il y a ensuite, la soude et l’eau. Les autres composants facultatifs sont les huiles ou beurres additionnels pour ajouter du surgraissage au savon, les colorants végétaux ou minéraux, les huiles essentielles pour apporter des parfums, les exfoliants, le lait pour un savon doux et crémeux, etc.

Préparer le matériel indispensable

Avant de réaliser la fabrication du savon, il est important de préparer le matériel à utiliser. Dans un premier temps, mettre une blouse de chimiste ou un tablier en toile cirée, de gants, d’un masque et de lunettes de protection pour se protéger des éventuelles projections. Ensuite, prendre un saladier qui supporte la chaleur ou un bécher spécial saponification à froid, 2 casseroles, un mixeur plongeant, des récipients pour peser les ingrédients, une balance, des moules, 2 thermomètres, un fouet et une maryse.

Procéder à la fabrication proprement dite

La première étape consiste à préparer la soude. Pour commencer, peser la soude et la quantité d’eau nécessaire. Ouvrir les fenêtres et ajouter progressivement la soude dans l’eau et jamais l’inverse. Remuer doucement jusqu’à ce que les pastilles de soude disparaissent entièrement.

Après cela, peser et mélanger les corps gras. Lors du pesage, il faut procéder avec beaucoup de précisions les différents corps gras car si jamais on se trompe, il faut tout recommencer. Ensuite, faire fondre le beurre, puis ajouter les huiles. Les mélanger et les laisser refroidir en veillant à bien surveiller la température à l’aide d’un thermomètre.

La dernière étape consiste à mélanger le tout pour obtenir la saponification. Une fois que les températures de la soude et des huiles sont descendues entre 40 et 44 degrés, effectuer le mélange à l’aide d’un mixeur plongeant. Lorsqu’on obtient une pâte assez épaisse, ajouter les composants supplémentaires, comme les huiles essentielles, les fleurs de lavandes… puis continuer à remuer. Ensuite, disposer les moules sur un plateau et y couler la pâte à savon. Puis, recouvrir les savons d’un film alimentaire et laisser durcir pendant deux ou trois jours. Enfin, démouler et laisser reposer pendant 3 à 4 semaines sur une grille le temps qu’il sèche et soit prêt à l’utilisation.

Lisez par la suite : comment reconnaitre une urgence medicale