Zoom sur les lunettes intelligentes

Zoom sur les lunettes intelligentes

29 juin 2022 0 Par Denis

Les lunettes connectées sont connues du grand public grâce aux fameuses Google Glass, qui n’en finissent pas de faire rêver ou d’effrayer. Le Labo de la Bibliothèque nationale de France, qui s’intéresse aux innovations technologiques, consacrait un temps de discussion à ces objets connectés et leurs fonctionnalités.

Ces lunettes vont-elles révolutionner la lecture ?

Si c’est à travers le géant américain que les lunettes s’exposent au champ de vision de chacun, l’idée se développe bien sûr chez les professionnels depuis de nombreuses années. Ainsi, la société rennaise Optivent, créée en 2007, développe son propre modèle, qui est d’abord destiné, ou du moins initialement destiné, à un usage professionnel.

En effet, Kayvan Mirza, co-fondateur d’Optinvent, souligne que « les objets connectés que nous utilisons ne permettent pas une utilisation et un affichage mains libres ». Par conséquent, il est impossible de maintenir la liberté de mouvement lors de la recherche d’informations sur Internet ou via des applications. De plus, selon lui, « les smartphones sont devenus ennuyeux d’un point de vue innovation. Les objets connectés permettent de mettre à jour notre façon d’accéder à l’information. »

Qu’en est-il de la lecture ? Peut-on imaginer lire en faisant autre chose, ou découvrir un texte sans se soucier de tourner les pages ? Tout d’abord,contrairement à l’usage d’une simple loupe de lecture, il faut s’inquiéter de la durée pendant laquelle les yeux pourront supporter la vue d’affichage des lunettes intelligentes. Un système complexe, qui ne repose pas sur un simple écran placé devant l’œil (où la « mise au point » est impossible), mais sur la projection de l’affichage sur la rétine, qui permet également de voir à travers cet « écran virtuel « .Cependant, ce mode d’affichage « est indiscernable d’un écran de PC en termes de fatigue oculaire. C’est de la lumière qui pénètre dans l’œil, tout comme un écran rétroéclairé. Il est donc impossible de voir un système d’affichage monté sur ces socles, car e-link n’a pas de rétroéclairage justement, sinon, il perdra toutes les qualités de ce mode d’affichage particulier.

Lire (ou même regarder des films) ne semble pas compatible avec ce type d’appareil, du moins pour l’instant. Si le modèle développé par Optinvent propose un mode d’affichage complet avec l’écran au centre du champ de vision, des modèles comme les Google Glass préfèrent un affichage périphérique et nécessitent donc de regarder vers le haut ou vers le bas en direction de cet affichage. Du coup, lire plus de cinq minutes dans cette position est impossible et peu confortable sur le long terme. Même les solutions de type Spritz recherchent un nouveau mode de lecture sur ces appareils.En revanche, il serait intéressant d’étudier comment les lunettes connectées pourraient révolutionner le rapport à l’objet livre : tout simplement, en favorisant en premier lieu une lecture enrichie. S’il faut sortir son smartphone à chaque QR code et ailleurs, mettre des lunettes simplifie grandement les choses.